Publié le

PUZZLE ANNÉES ’80

Plus j’en fais, plus j’aime ça, mais pas n’importe lesquels bien sûr!

Étant donné que les casse-têtes sont une de mes activités zen préférées, je me devais de combiner mes créations à cette activité hyper satisfaisante.

Ce qui me définit peut-être le mieux, c’est que les petits plaisirs sont une grande partie de ma vie. Ça a toujours été le cas et ça le sera toujours. Comme on me le dit souvent : «T’as pas besoin de ‘grand chose pour être heureuse». En tout cas, c’est un super trait de personnalité en cette époque d’écoresponsabilité et de pandémie. À bas la consommation à outrance et en avant les casse-têtes qui divertissent pendant de longues heures et qui s’échangent à l’infini… entre amis, en famille, avec de purs inconnus aussi.

Bref, un jour j’ai décidé d’en créer… mais comme je suis diplômée en arts, en éducation et en communication, ça ne pouvait que transparaître. Mes puzzles sont donc très colorés, informatifs et vous posent un nouveau défi. Saurez-vous nommer tous les éléments qu’ils contiennent?

Je suis une enfant des années soixante, une ado des années soixante-dix. Des milliers de personnes sont curieuses de cette époque des plus «groovy»! Du festival Woodstock aux films cultes, en passant par les jouets et les romans de l’époque, testez vos connaissances en assemblant les pièces. Ben oui, ben oui, les réponses sont dans la boîte. Amusez-vous!

 

 

Publié le

DES GRIBOUILLIS SYMPAS AUX PERSOS GAGAS

En savourant un smoothie, en faisant la file, en mangeant seule… pendant tous les petits moments où chacun attrape son téléphone, je crée. Je crée des gribouillis sympas, dont certains que je transforme en créations plus élaborées, riches en couleurs et en style. Au cours des dix dernières années, j’ai conçu des autocollants, des cartes postales, des cartes de voeux, des affiches … et tout comme Britto, je pense que «l’art est trop important pour ne pas être partagé.»

 

Publié le

L’ART POUR FAIRE SILENCE

Je suis une personne de silence. Mes lieux favoris: bibliothèques, musées, églises vides. Souvent, je ne supporte pas la radio. Je mets la télé sans le son. Hein ? Ben oui, ça permet aussi à mon imagination fertile de mettre des paroles dans la bouche des gens. Jean-René Dufort est pas mal bon là-dedans !

En tout cas, notre société a un criant besoin de silence et ce n’est pas moi qui me suis précipitée sur Zoom en temps de pandémie. Je pense sincèrement que le bavardage incessant de notre société dénote un malaise profond et je souhaite de tout coeur que lors du retour du balancier, il accroche quelques réseaux sociaux au passage. Ceci étant dit, la réflexion, l’écoute, la concentration et finalement le silence, ça s’apprend. Un cours de silence alors ? Quasiment ! Ce que le silence permet: d’écouter, d’entendre, de comprendre, d’analyser, de penser, d’interpréter, de transformer, de créer, de se concentrer, de bien faire les choses, d’apprendre.

Le silence est, pour certains, indispensable pour se focaliser sur ce qu’ils veulent faire. « Silence: on tourne » ça ne devrait pas être réservé aux réalisateurs ! Il y a des situations où l’on ne souhaite pas le silence, des moments où le bruit est une façon de se rassurer, de faire taire les pensées ou les inquiétudes qui se bousculent en nous. Cependant à certains moments et dans certains lieux, le silence serait plus que bienvenu et de mon côté, c’est par l’art en solitaire, dans ma tête et dans ma bulle que je fais le contrepoids au brut incessant.